Jeudi 26 juin 2008 à 9:28


[Edit] Illustration de l'article achevée.
 

Voyez vous, il y'a peu, alors que tout mon système comportemental semblait indiquer que ça n'arriverait jamais, j'ai découvert que moi aussi, il y'avait en ce bas monde une cause qui me touchait. Rien ne me rattachait jusqu'à présent à mes semblables, plus particulièrement, je suis de ceux pour qui il n'est de cause à défendre. C'est ainsi, je faisais parti de ceux que rien ne touche. Je  ne milite pas pour des droits liés à une orientation sexuelle considérée encore parfois comme déviante (je parle juste des relations entre adultes consentants…), ni pour l'intégration d'une ethnie à laquelle j'appartiendrai de par mes origines, ni pour les droits d'un peuple à l'autre bout de la Terre qui crève sous le joug de l'oppresseur, et encore moins pour les animaux que je déteste encore plus que l'Homme car on en trouve toujours pour les défendre puisqu'ils ne peuvent le faire eux mêmes (on a brisé mon rêve d'enfant, je voulais devenir matraqueur de phoques ).
 


 

Bref rien au monde ne me prédestinait à me réveiller un beau matin, et comprendre que j'avais un rôle à jouer, rien qu'un tout petit rôle, dans un grand combat, comme tous ceux que j'ai jusqu'ici raillé pour leurs convictions absurdes. D'ailleurs pas plus tard qu'hier, abordé par une militante crasseuse et buccalement percée de la WWF arborant le célèbre sigle sur son tee-shirt vert batracien qui me demandait (la fille, pas le tee-shirt) cinq minutes de mon temps si précieux pour me parler de je ne sais quoi, j'y allais de mon sarcastique « je vous arrête tout de suite, je soutiens activement le massacre d'espèce protégée ». Oui je sais, je radote, mais on ne se refait pas, ça me fait toujours autant marrer.
Donc jusqu'à hier encore, je faisais parti de ces gens sans convictions profondes, sans combat. Il est vrai que, hormis l'idée que vous pouvez vous faire de moi à travers ces lignes, il n'y a pas grand-chose qui transpire de ma personne (peut être mes aisselles, il fait si chaud en ce moment). Qui suis-je, au fond ? C'est pourtant très simple. Je suis un jeune homme de 23 ans, d'origine caucasienne (teutonne pour être précis)qui mène une existence somme toute normale.

Je suis un blanc, athée, de bord politique indéfini et hétérosexuel, et ça la tout le drame. Je suis d'une banalité affligeante tout compte fait. Les gens comme moi ne se rendent pas dans un lieu saints toutes les semaines, convaincu de l'existence de « quelque chose ». Les gens comme moi ne sont pas contrôlés régulièrement par la police, on ne fait pas attention à nous, on ne nous tabasse pas, et quand ça arrive, personne ne manifeste en grande pompe pour ça. Ces enculés d'S.O.S racisme n'ont jamais fait quoi que ce soit pour mes droits ! Ordures ! D'ailleurs les droits, l'intégration tout ça, je n'ai même pas à me battre pour puisqu‘elle est innée. C'est d'une morosité accablante. Mes semblables et moi n'organisons pas de grandes parades avec musique, défilés, et chars (enfin plus depuis les années trente) pour signifier notre bord sexuel. Nous ne faisons pas d'hétéro-pride pour scander que nous, nous ne pétons pas des rondelles, mais que nous fouraillons bestialement de jolies minous, de façon toute traditionnelle, et sans offense pour les désanusseurs joviaux, de façon « naturelle ». Mais justement, c'est cette norme qui nous fait défaut. Nous sommes tellement conformiste, jusque dans le choix de nos ébats. Nous ne sommes même pas bi, pensez vous ! Nous sommes de banals culs blancs hétéros n'ayant plus foi en rien. Quelle drame. Nous ne sommes pas discriminés à l'emploi, nous avons les droits inhérents à notre naissance, dans un beau pays civilisé. Nous ne sommes même pas réduits à l'esclavage ou reconnaissables à vue d'œil. Nous ne portons pas de symbole ou de vêtement qui trahirait notre origine et qui serait un moyen pour toute personne nous haïssant de nous reconnaître et de nous éclater proprement la gueule avant de nous jeter dans un canal. Si encore, nous étions nés dans un pays en crise, où la violence fait des hommes des frères face à la puissance meurtrière et aveugle des puissants de ce monde, mais même pas ! On ne nous découpe pas à la machette au Darfour, nous ! Quel pays souffrirait pour nous, nous soutiendrait ? Nous ne mourrons ni de faim ni de soif, nous sommes les acteurs de la mondialisation et du libéralisme, pas ses victimes. Les membres de U2 organiseraient-ils un concert ultra-planétaire pour nous ? (D'un autre côté c'est pas plus mal en fin de compte, parce que U2 c'est quand même de la belle merde)

Il n'y a rien à faire, je suis né dans un pays civilisé, relativement stable, sans réelle difficulté à m'intégrer, comme tant d'autres. Et là où j'avais une petite chance d'être une dernière fois la proie d'un système impitoyable qui ne reconnaît de valeur à l'individu que dans le travail, et bien j'ai raté le coche. J'ai un emploi. Je ne suis même pas foutu d'être sans emploi, chômeur en fin de droit, RMIste même ! Je n'ai même pas la chance d'être décrié comme un profiteur de l'état, comme une feignasse qui vit du labeur de cette France qui se lève tôt ! Quelle infamie ! Quelle désarroi ! Et le comble de l'horreur, pour quelqu'un dans ma situation, c'est que je suis bien né français ! Je suis en règle ! Moi, on ne vint pas me cueillir à la sortie des préfectures pour me jeter dans un centre de rétention avant de me renvoyer dans un pays merdique ! Non, quelle idée ! J'ai des papiers en règles moi, putain de merde ! Mais vous croyez que c'est marrant vous, comme situation ! Je risque rien à me balader dans la rue ! Mon travail est déclaré, et je suis payé partiellement lorsque je suis en arrêt maladie ! La sécu s'occupe de moi ! Mais c'est abominable…
Et voilà, sur le coup, je me dis que la vie est vraiment merdique quand on a pas ce petit truc qui fait que les autres en chient comme des merdes, mais qui ont quelque chose à gagner et à prouver.  Voilà mon drame, notre drame, nous sommes des médiocres. Aussi j'envie ces gays qui se font tabasser et qu‘on discrimine, ces juifs qui se font casser la gueule, ces étrangers qu'on expulse, ces sans-papiers qu'on exploite, ces croyants qu'on méprise ou que l'on craint, ces travailleurs qu'on rechigne à employer, ces pauvres qu'on fustige, ces vieux qu'on saigne aux quatre veines, ces peuples de par le monde qu'on extermine, qu'on affame. Bref, j'envie tous ces enfoirés qui ont cette particularité qui fait toute leur différence et qui fait qu'on se bat pour eux, qu'on les soutient, et qui eux-mêmes trouvent la force de se montrer au grand jour pour exister, alors qu'on fait tout pour retarder l'inévitable échéance où on les acceptera pour ce qu'ils sont, où ils s'intégreront.

Tristement et ironiquement, ce jour maudit signera la fin de leu combat, de ce long périple, où l'on élargira la norme pour ne plus avoir à les remarquer.

A moins que d'ici là, on ne finisse par discriminer ceux qui ne rencontrent pas tous les obstacles inhérents à l'affichage volontaire ou non d'une différence notable, ce que j'espère en un sens. Car si ces pauvres connards n'ont pas réfléchi une seconde au drame que c'est d'être « normal », moi j'affirme avec force que j'attends impatiemment le jour où je pourrais afficher mon exceptionnel banalité et qu'on me regardera de travers, qu'on me lapidera, peut être même qu'on voudra me casser la gueule. Ainsi je pourrais enfin lutter pour mes droits, car nous serons alors différents de ces gens qui vivent leur différence comme un fardeau parce que les gens normaux conservent jalousement ce privilège qu'est la normalité (ou ce qu'on établie en tant que norme) comme des idiots alors qu'il s'agit de la clef du salut. Nous deviendront comme eux, car accorder les même droits que nous à tous ces enfoirés, accorder tout ce que demande les étrangers, les gays, les pauvres, les travailleurs etc, c'est leur accorder un privilège, et du coup, nous qui sommes normaux et n'avons rien à demander, nous serons immanquablement discriminés, puisque nous, ce qu'ils demandent, nous l'avions déjà. On inversera la tendance. Ce sera merveilleux.

 

Raaaaaah comme je vous hais, bande d'enculés d'anormaux.

 


 
Par mad.dream le Jeudi 26 juin 2008 à 9:48
Je suis une fille et j'aime une fille !
j'ai déjà eut des problème avec ça.
Mais même le jour où on acceptera les gay, j'aurais toujours des problèmes
par ce que je suis différente, je pense différemment je m'habille différemment, et surtout, je pose des question et dis des choses qui peuvent dérangé.
.
Je trouve pas que t'es quelqu'un de normal dans le sens tu regarde en rue, ils se ressemble tous tellement, trop.
Par atom-of-the-end le Jeudi 26 juin 2008 à 11:52
attend attend attend ! Je t'arrête tout de suite Mad.dream ! Tu as lu le texte au moins ? Ici, on expose la douleur que c'est d'être normal ! Bordel ici c'est notre combat ! Mais c'est fou ça. J'expose le fait que vous, au moins, on vous rejète, on vous méprise et on vous fait du mal, et que de nous, tout le monde s'en fout, notre cause n'intéresse personne, mais faut en plus que tu viennes remuer le couteau dans la plaie !
Mais vous n'en avez jamais assez ? Tiens vous vous avez la gay pride, et toi, tu as un blog visiblement, alors expose les obstacles que tu rencontres ailleurs qu'ici ! C'est pour nous torturer c'est ça ? Vous venez afficher votre différence, alors que j'enrage de la banalité qui fait notre souffrance à nous, c'est dégueulasse. Pour une fois, juste une fois, que quelqu'un qui ne souffre d'aucune discrimination révèle aux autres ce qu'est cette situation, il faut que quelqu'un la ramène avec ses problèmes qui ne sont pas ceux de ces pauvres bougres dont je fais partie et dont je prends la défense aujourd'hui ! C'est mon combat !

Je ne vous salue pas, méchante gay.
Par ankou le Jeudi 26 juin 2008 à 12:45
Ha mais comment tu m'as fait trop rire, Atom !
Pauvre Atom, désespérément aucun but dans la vie, aucune œuvre de grande ampleur à accomplir, aucun combat pour l'égalité à mener, et en plus tu crèveras dans la poussière parce que tu ne crois ni en la résurrection ni en la réincarnation ! Mais va te suicider tout de suite !!! (ou bien écoute Tokio Hotel !)
Par maud96 le Jeudi 26 juin 2008 à 12:49
Je n'y avais jamais pensé à çà : c'est vrai qu'à lire média et blogs, la normalité devient assez monstrueuse ! ... et moi, c'est pire... je fais des heures sup (pas en France). La seule manière de s'en sortir : moi, il faut que je me fasse violer et toi que tu courses les petits garçons après ton boulot : là, enfin, on pourra sortir de cet anonymat de bas étage !
Par PetrifiedEyes le Jeudi 26 juin 2008 à 13:58
Tu postes beaucoup ces temps-ci et c'est pas pour me déplaire mon salaud.
En tout cas cet article est trèèèèèèèès bon.
Et si ça se trouve il t'arrive de porter des jeans. En plus. Alors. Hein. Bon. Non mais. Quand même. On pourrait faire un club. Y aurait du smurf et on jouerait à chat.
Par mad.dream le Vendredi 27 juin 2008 à 0:32
Mais tu as une discrimination mon gars !
Celle de ne pas être défendus u_u.
Et Excuse-moi si je t'ai fais le couteau dans la plaie ce n'était pas mon but Xx
et même si tu te dis être << normal >> et moi << différente >> - enfin ce sont plutôt les autres qui disent ça.
J'ai beaucoup aimé ton blog.
Et si cette article était de l'humour ou pas. << Ah Ah >>
Okay, la prochaine fois, j'essaye de la boucler x_x
Par soizenettaistoi le Vendredi 27 juin 2008 à 0:51
En tant que jeune arabe étudiante, en droit en plus, et handicapée, je suis vraisemblablement mal placée pour parler.
Ceci dit, les jours de non-solitude où ta normalité te pèsera trop, je me permets une petite suggestion : Armé de solides connaissances desprogiennes, rend toi au QG des gentils supporters du gentil club de foot local (en plus à Marseille ça devrait fonctionner), formule leur tes pensées profondes sur le sujet, et observe soudain la mise à l'écart, légère et subtile, dont tu devrais faire preuve. A côté les juifs et les allemands dansaient ensemble la carioca en 43.
Par INC le Vendredi 27 juin 2008 à 1:03
Mais bien sûr que c'est insupportable d'être normal et sans relief. Dieu a créé les minorités pour nous le rappeler... Et elles trouvent sans cesse le moyen de nous maudire pour cette normalité. C'est vraiment trop détestable.
Par Captain_Coke le Vendredi 27 juin 2008 à 1:22
Alors franchement celui-ci c'est un de mes préférés
je te soutiens dan ta lutte, je n'ai aucun problème dans ma vie et je trouve ça super navrant que personne ne m'ennuie quand je vaque à mon existence dénuée d'intérêt
Par Deathknight le Vendredi 27 juin 2008 à 13:01
Oui moi aussi je vis un enfer tous les jours ; pourquoi reconnaît on aux minorités une quelconque forme d'opression dont elles sont ou furent les victimes et pas à nous ?
Pourquoi on ne reconnaît pas aux gens normaux le droit de se plaindre pour la traite européenne ?
Pourquoi n'avons nous pas le droit nous aussi de bénéficier de lois dignes de l'apartheid, telles que les horraires à la piscine pour femmes musulmanes ?
Pourquoi notre raie publique, qui ne reconnaît aucun échelon communautaire entre l'individu et l'Etat, ne subventionne-t-elle pas la construction de ces lieux saints que sont les cyber-cafés ?

Moi aussi je désire souffrir ! Pays de merde !
Par atom-of-the-end le Vendredi 27 juin 2008 à 13:49
Un message général pour tous ceux qui me rejoignent dans mon combat (phase recrutement terminé, phase deux, les camps) : Je suis, ému, oui, ému, de voir que je ne suis pas le seul à ouvrir les yeux sur cette horrible situation.
Et je compte sur ces "anormaux" que compte mon lectorat pour prendre notre défense, lutter pour nos non-droits, et faciliter notre non-intégration (ou désintégration plutôt) au système. Ankou et Soizen, vous représentez notre avenir alors ce serait sympa de vous grouiller un peu de vous intégrer. Si tout le monde y met de la bonne volonté, ça devrait pouvoir se faire.

Comment ça, le problème vient pas de vous ?

Il va de soit, et je dis ceci à l'attention d'un cheveux ( Mad.dream) tombé sur cette succulente soupe qu'est mon blog, qu'il s'agit bien entendu d'humour ici, et qu'accessoirement, on "a" pas "une discrimination", mais on "est discriminé" et tant d'autres formulations autrement plus convenables et moins laides.

Note du jour : Deathknight en appelle trop à la souffrance, il n'est donc pas normal, il est maso :), c'est un enculé d'anormal.
Par ankou le Vendredi 27 juin 2008 à 14:47
J'ai pas compris (oui je suis blonde) ce que tu attends de moi là...

Je trouve que l'idée d'insulter les supporters de l'OM fera de toi une merveilleuse victime, voire un paria !
Par mad.dream le Vendredi 27 juin 2008 à 20:04
J'ai encore plein de cheveux
Okay je me baaaaare x_X
Par Samantha.c4 le Samedi 28 juin 2008 à 13:23
Des vacances en cote d'ivoire, voilà ce qu'il nous faut. De là on pourra enfin gouter aux joies du crime raciste, et oublier cette morne condition de la banalité, ou mieux: que nous n'avons d'autres cause conférée par le monde que de plaindre les autres. Salauds de déviants !
Par Samantha.c4 le Samedi 28 juin 2008 à 13:25
Merde, je suis une femme !
Par INC le Samedi 28 juin 2008 à 15:48
Dans le même registre, je vais bientôt aller vivre 6 mois en Chine. Peut être vais-je enfin jouir de la riche sensation de me sentir anormale... Ou bien cela va-t-il accroître mon malêtre dans la normalité ? Qui sait ?
Par atom-of-the-end le Dimanche 29 juin 2008 à 12:02
Ankou : j'attends que toi, homosexuelle militante reconnue et véritable humaniste, tu milites pour nous. :)

Mad.dream : c'est sur, tu as des cheveux, plus que tu n'as de neurones en tout cas... Je pensais pas ça physiquement possible.

Inc : Malheureusement pour toi, je ne pense pas qu'il en soit ainsi, car après tout, la Chine est réputé pour être un pays ouvert et tolérant (fait quand même gaffe à ce que tu publies sur le net depuis la bas :) ) et depuis le passage de la flamme, il y a un engouement sans précédent pour la France et ses ressortissants.
Par Lebucheron le Mardi 1er juillet 2008 à 20:32
Mon GMS, juste ciel, ventre saint-gris !

Comment peut on en arriver à une telle concentration de pessimisme et de mauvaise foi ! Ce n’est pas en vous perdant dans des lamentations sans fin que vous règlerez le moindre problème.

Tout d’abord, j’aimerais rappeler à tous que le Nirvana dont vous semblez rêver (un monde dans lequel vous pourriez proclamer fièrement votre appartenance à la norme, en souffrir ou même la refouler à loisir) existe et vous a même déjà été accessible. Souvenez vous, remontez quelques années en arrière ; un lieu où l’on pouvait être normal, suinter le quelconque, vomir la banalité et malgré tout être l’objet de toutes les railleries et querelles. Un monde où dominaient l’aléatoire et l’imprévisible, dans lequel une norme semblai exister mais que personne n’a jamais atteint. Vous l’avez compris, je parle ici bien entendu du collège.

Un paradis perdu me direz vous ?

Non !

Si vous bougez tout de suite, il ne sera pas trop tard, alors, cessez de vous rouler dans votre banalité, SORTEZ VOUS LES Doigts DU CUL ET EN AVANT !!!

Vous n’existez que par l’intermédiaire des autres et de la vision qu’ils ont de vous, le fait de naître normal n’implique en aucun cas de le rester toute sa vie alors allez y, enfilez votre plus beau marcel fushia et courrez au dehors crier, chanter votre différence, votre joie, ou encore la derniere chanson de Francis Lalane ; le résultat ne sera pas bien long à attendre ; engouffrez vous dans le premier coupe gorge venu et vous devriez en voir surgir quelques hordes de skinhead assoiffés de sang tous disposés à vous briser les os à votre plus grand bonheur. Il ne vous reste alors plus qu’à vous rendre au commissariat le plus proche pour vous plaindre de cet abominable crime de haine.
Par Lebucheron le Mardi 1er juillet 2008 à 20:32
Le lendemain, « si tout va bien et si le temps le permet » quelques multitudes d’associations de soutien devraient se créer ça et là sous l’influence de crétins aussi normaux et bien plus aveugles que vous l’étiez avant, profondément émus par la tragédie dont vous avez été l’heureuse victime.

Alors ne désespérez pas.
Su ce, je m’en vais ne pas manger de petits anneaux de caoutchouc blanc avantageusement enveloppés de friture.
Par Samantha.c4 le Mercredi 2 juillet 2008 à 12:44
Le collège, c'est pas l'endroit où l'on doit ressembler à tout le monde dans la norme ?
Par ankou le Vendredi 4 juillet 2008 à 1:12
" j'attends que toi, homosexuelle militante reconnue et véritable humaniste, tu milites pour nous. :)"

My purple gode-ceinture, je suis tout ça, moi ?????
Par atom-of-the-end le Vendredi 4 juillet 2008 à 15:30
@ Lebucheron (charles ingals ?) Nous sommes touchés par ces mots pleins d'espoirs qui n'est pas sans rappeler une morale récurrente d'un certain black dans un certain dessin animé "il y a un temps et un endroit pour chaque chose, et ça s'appelle le collège !"

@ Ankou : "Tout ça" je me suis pourtant limité aux traits qui, dans ce cas précis, nous sont nécessaires (un peu de pommade aide toujours :) )
Par grandir-pour-quoi-faire le Samedi 5 juillet 2008 à 19:29
Je pense objectivement que tu ne fais qu'exposer à ta manière (à mon goùt très bien écrite) la thèse de l'éternelle insatisfaction humaine, où l'être différent se plaindra de sa différence et l'être banal de sa banalité.

Un peu de fatalité ne te ferait pas de mal, dis toi que si tu n'aspires pas à être différent, c'est comme ça. Ajoute un peu de relativité : le fait d'être comme les autres te rend différent des différents. =)

Par Melodiane le Mardi 5 août 2008 à 10:58
Tu es INCROYABLE.
Une fois entré dans ton univers de synique sordide ( et sinistre) , on s'y complait. Un gentil mouton se transformerai en loup avec toi !
Ce qui est méga génial c'est qu'on ne sait pas si ce ton acerbe est une mise en scène , ou si ces mots traduisent ta véritable personnalité.
En tout cas , la qualité de ton écriture , je la trouve remarquable. ( et j'écite juste de te prendre au 1er degras, le second est bien plus d^role)
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://atom-of-the-end.cowblog.fr/trackback/2607960

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast