Vendredi 24 octobre 2008 à 17:21



Ils auront tout tenté, pour nous faire croire qu’au fond, l’Homme peut se passer de cette cruauté qui le caractérise, pour en plus nous culpabiliser avec cet œil vitreux ainsi que ce doigt levé et pourfendeur d’instituteur en retraite. Ils parleront de souffrance, de meurtre même, lorsqu’il nous voit nous enfiler un steak.  Les végétariens, hypocrites, fourbes et menteurs, nous accuseront de nous en prendre à plus faible que nous, mais je vous le demande, que font ces bouffeurs de carottes ? Ne s’en prennent ils pas à plus faible encore que nous le faisons, nous autres carnivores ? Quelle ignoble cruauté, que de se rabattre sur d’innocents légumes, car eux, contrairement aux bovins que nous engloutissons, ne peuvent même pas tenter de fuir pour échapper à ce brave fermier crasseux qui, d’un geste brutal, les arrache à la terre de servitude qui les vit grandir sous l’oppression afin de les offrir aux délires culinaire d’une bande de bobos assoiffés de chlorophylle. Parce qu’il faut les voir, ces salauds, sortir leurs couteaux de boucher (étrange pour des gens qui ne bouffent pas de barbaque)  pour dépecer de pauvre poireaux, massacrer d’adorables tomates ou pire, torturer des patates en les épluchant d’une façon barbare avant de les découper en petits cubes. Car les légumes sont vivants, avant de cuir ! Ce sont des êtres vivants bordel ! Mourrant certes, mais vivant. Nous avons au moins la décence d’occire les bestiaux avant de les découper. Au comble de sa supériorité, le végétarien vous prendra en plus pour un con, prétextant que de toute façon, les légumes ne sont pas des formes de vies assez intelligentes pour ressentir la douleur… Certains prétendent même qu’ils n’ont pas de système nerveux. Les ordures !
Justifier le meurtre par des arguments fallacieux et grotesques. Ils n’ont finalement rien à nous envier ces enculés !
Et s’il n’y avait que ça.

Mais non content de se poser comme exemple dont le mode de vie sauvera l’humanité de sa totale destruction (c’est beau de rêver), il faut se taper leur discours moralisateurs type propagande nazie. Si nous ne sommes pas comme eux, nous sommes des êtres inférieurs, des beaufs n’ayant rien pigé à l’existence, et s’ils en avaient le pouvoir, ils nous exécuteraient tous. Systématiquement, il faut qu’ils tentent de nous convertir, et Saint Cochon m’en préserve, c’est quand vous bouffez chez eux – ce n’est arrivé qu’une fois, n’allez pas croire que j’ai de mauvaise fréquentation. Ils ne manqueront pas de vous préciser que rien, mais absolument rien, n’est préparé à base de viande. La gloire, l’apothéose, la fierté du végétarien, c’est de faire avaler à quelqu’un un truc sans viande. On a les combats qu’on mérite. Mais vous ont-ils consulté avant ?  Non. Ils ne se préoccupent pas de savoir ou non si vous, vous ne mangez pas de légumes. C’est une première dans l’histoire de l’humanité. C’est énorme,  de penser que les convictions de quelqu’un interdisent à d’autre que celui qui les suit d’ingérer certains types d’aliments.
Imaginez vous inviter un végétarien chez vous, et ne faire que des plats à base de viande, et vous verrez la gueule qu’il va tirer, repoussant l’assiette avec une expression de dégoût en insistant sur le fait que lui, il ne mange pas de « ça » ! Mais nous, on doit se forcer à avaler ses pauvres petits légumes, ce tofu sans saveur ni consistance (c’est dégueulasse cette merde), tandis qu’on assiste à une boucherie sans nom de végétariens ripaillant de bon cœur, ignorant les cris des petits poids au fond de la marmite. Tendez l’oreille, écoutez l’agonie des légumes, vous n’en serez que plus humains.
Pour toutes ces raisons et bien d’autres, j’ai décidé de me nourrir exclusivement de viande,  car en mon âme et conscience, je ne peux me résoudre à torturer des légumes (sauf s’ils sont en fauteuil roulant).
Il faut changer notre mode d’alimentation, ce qui pousse dans la terre doit nourrir ce que nous mangeons. De plus, les animaux ne doivent leur survie qu’à la qualité gastronomique de leur viande, j’en veux pour preuve que les boeufs ne risquent pas de disparaître.


En plus, en tant que carnivores convaincus, nous ne cassons pas les couilles aux gens avec notre air supérieur pour les convaincre de repenser leur façon de vivre. Ce qu’ils sont prétentieux ces végétariens…en plus d’être cons.



Par Serviteur le Vendredi 24 octobre 2008 à 19:38
Salauds! Non à une vie non sanguinolente! (en plus ces enragés là feraient passer Al Quaida pour des hippies...)
Par Tote le Dimanche 26 octobre 2008 à 19:07
Non mais les végétaliens c'est pire. Ils choisissent des proies encore plus faibles.
Moi je mange de tout. Légume ou viande c'est fait pour être bouffé alors je bouffe.
Par Tote le Dimanche 26 octobre 2008 à 19:07
Non mais les végétaliens c'est pire. Ils choisissent des proies encore plus faibles.
Moi je mange de tout. Légume ou viande c'est fait pour être bouffé alors je bouffe.
Par Tote le Dimanche 26 octobre 2008 à 19:08
Désolée pour le double commentaire... j'ai des problèmes de postage...
Par Lichtgestalt le Dimanche 26 octobre 2008 à 20:42
C'est vrai que fondamentalement un légume est une proie plus faible qu'une vache... Je suis pour la transplantation de gènes bovins sur les carottes! è_é On verra ce qu'ils diront quand ils se feront charger par des carottes cornues, ces salauds hypocrites! è_é
Par Lichtgestalt le Dimanche 26 octobre 2008 à 20:45
C'est vrai que fondamentalement un légume est une proie plus faible qu'une vache... Je suis pour la transplantation de gènes bovins sur les carottes! è_é On verra ce qu'ils diront quand ils se feront charger par des carottes cornues, ces salauds hypocrites! è_é
Par A.reculons le Dimanche 26 octobre 2008 à 23:49
Ha. Ce fut drôle. =)

Ouais,une putain de végétarienne,qui rit d'elle même. Qui l'eut cru?
Par awah.foundation le Mardi 28 octobre 2008 à 2:52
J'ai vécu un an avec des végétariens mec. UN AN.
Par INC le Mardi 28 octobre 2008 à 6:06
Au cas où tu ne le saurais pas, eh bien je suis d'accord avec tout ça. Ils ont le don de foutre le bordel pour si peu de chose, avec ces problèmes de gens riches qui mangent trop bien.
(Enfin, j'ai quand même été dégoûtée de trouver un restau végétarien à Hong Kong (sûrement en rapport avec les moines bouddhistes végétariens)).
Par maud96 le Mardi 28 octobre 2008 à 11:46
Apparemment, tu ne connais pas quelle joie (quasi-érogène) je peux éprouver à éplucher et laver un poireau ! on n'éprouve jamais de tels plaisirs avec de la vulgaire barbaque toute flasque !
Par At.The.Dusk le Mardi 28 octobre 2008 à 15:03
Étant végétarienne, cet article m'a bien fait rire.
Par PetrifiedEyes le Mardi 28 octobre 2008 à 15:07
Mon dernier article s'inscrit la continuation, la preuve dans les faits quelque part. Love Meat.
Par OtheymTheFedaykin le Mercredi 29 octobre 2008 à 18:27
Ca me faisait penser a toute la bouffe a base de soja ccez un pote.. et son lait de soja.


Et des crepes au lait de soja, sans oeuf... beurk.
Par Samantha.c4 le Jeudi 30 octobre 2008 à 1:03
C'est vrai que pour la viande de cheval on peut remercier ceux qui en bouffent pour la sauvegarde des chevaux qui ne sont pas assez kawaï pour les poney club. Mangez du chwal !
Et puis ignorer la souffrance des légumes pour des raisons biologiques, c'est comme justifier l'esclavage des noirs parce que leur cerveau est (soit-disant) plus petit ou qu'ils n'ont pas d'ême.

Salauds de bouffeurs de soja !
Par Samantha.c4 le Jeudi 30 octobre 2008 à 1:10
Question : peut on considérer l'usage sexuel de fruits et légumes comme quelque chose d'aussi dépravé que la zoophilie ? Non, comme le démontre cet article, c'est abuser de formes de vies innocentes et sans défense. C'est donc bien pire.

Maud96 est vraiment une perverse détraquée et dangereuse.
Par life-is-easy le Jeudi 30 octobre 2008 à 13:52
sacré late il a fermé les issus de secours je mangerais des couilles de moutons en méchouis pour mon prochain break first
Par Plaiethore le Vendredi 31 octobre 2008 à 17:35
Amuse-gueules d'un prochain apéro : tartines de tofu au basilic et pignons de pins. Bien fait pour toi !
Par silverthorn le Mardi 4 novembre 2008 à 9:43
Bouffons des minéraux, vive les minéraliens! En gélule, en poudre ou en sachet fraîcheur gavons-nous de minéraux, seul élément terrestre dont nous ne risquons pas la vie! Sacrifions la douceur de nos anus afin de sauver animaux et végétaux!

Maud96 >> J'avais envie de développer le côté masculin en faisant une analogie pourrie avec les fruits de mer, mais il est 9h45 là, donc je vais éviter.
Par Sainte Parole le Jeudi 6 novembre 2008 à 13:24
Les animaux ne sont pas des produits de consommation, ce sont des êtres à part entiere qui ne sont soumis aux services de personne, comme toutes particules vivantes d'ailleurs, après je dis : rira bien qui rira le dernier.
Par atom-of-the-end le Jeudi 6 novembre 2008 à 13:45
Remplace animaux par légumes...

Nan parce que c'est insultant pour nos convictions carnivores.

Libérons les légumes ! Mangeons des animaux en les abattant de la manière la plus inhumaine possible.
Par Dvochka le Jeudi 6 novembre 2008 à 17:44
stance technique.


Pourquoi ne passer se laisser crever de faim, tant QU'on y est, pour épargner les légumes et les animaux? Allons, bouffons, car c'est fait pour être bouffé! Mangeons des légumes et de la viande! Mais faisons ça proprment et en fermant notre geule, pour le bien de tous.
Par Sainte Parole le Jeudi 6 novembre 2008 à 17:58
Les végétaux et les animaux ne sont pas sur le même plan et n'ont pas le même rôle tout comme l'humain vis à vis de l'animal. Mais c'est pas tout à fait le fait de manger de la viande qui est difforme, bien que bouffer du cadavre laisse franchement à désirer, c'est la considération, le regard qu'on porte sur eux. Et je ne parle pas du tout de sensiblerie.
Par atom-of-the-end le Jeudi 6 novembre 2008 à 19:40
Sainte parole : Si tu trouves que bouffer du cadavre laisse a désirer, on peut aussi les bouffer à vif (personellement ça me posera pas plus de problème de conscience)
Et sache qu'on peut être carnivore et porter un regard tout aussi beau que celui que porte les végétariens sur leurs semblables bovidés.
Mon regard est beau, dans ce sens ou quand je regarde une côte de boeuf bien saignante, je me dis que la nature, c'est quand même bien foutu. C'est en me bâfrant comme un animal, que je rentre en communion avec la nature et la création divine. Les animaux, je les aime tendrement, même plus que les végétariens, puisque moi, j'y ajoute amoureusement du sel, des épices, et parfois de la sauce.
Par atom-of-the-end le Vendredi 7 novembre 2008 à 9:51
Mais oui mon gros couillon. Faudrait juste voir à éviter de te confondre avec moi et ce sera parfait.
Par INC le Vendredi 7 novembre 2008 à 15:42
Il a été (pour faire sérieux 1 minute) prouvé que les plantes ont un système nerveux et aussi un système de communication entre elles pour assurer leur survie.
Une expérience a été faite en enfermant une chèvre dans une pièce pleine de je ne sais plus quel arbuste fruitier. Alors forcément, elle s'est mise comme elle sait si bien le faire à brouter ces pauvres boules de feuilles. Puis au bout de plusieurs heures, elle a fini par crever et on a déterminé que les plantes s'étaient rendues toxiques pour la survie de l'espèce.

Bon, c'était dans un espace clos et ça n'arrive pas en pleine nature parce qu'il n'y a pas ou peu de risques pour ces plantes, mais dans le cas contraire, qu'est ce que ça serait amusant...
Ça prouve donc que la plante, la racine ou le légume n'est pas complètement déconnecté de son environnement et que l'argument "il a pas mal et il crie pas", c'est franchement très léger et ça place les végétariens qui l'utilisent comme des gens bien ignorants sur le sujet qu'ils défendent.

(Et puis Georges CONtessa (juste au dessus), tu ferais mieux de retourner croupir dans ta ceinture abdominale pour vieux).
Par eire le Mardi 18 novembre 2008 à 11:02
J'ai lu ton article le sourire au lèvres : j'ai eu exactement ce genre de débats avec des végétariens qui m'ont sorti tout un tas d'arguments culpabilisants qui tenaient comme tu le disais, plus à une propagande qu'à autre chose !
Pourquoi ne pas s'en tenir aux choix de chacun ? Au moins pour le respect de la liberté ! =)
Par ankou le Jeudi 20 novembre 2008 à 11:12
Hey oh pas de conneries, ma copine est végétarienne, pas touche !!
(sauf si elle essaie de m'empêcher de bouffer des gros steaks)
Par un.air.de.finlande le Vendredi 21 novembre 2008 à 20:25
Ahah, l'extremisme, j'adodre :D
Sacré carnivore
Par un.air.de.finlande le Vendredi 21 novembre 2008 à 20:26
bon j'ai des soucis de clavier, ça va.
Par un.air.de.finlande le Samedi 22 novembre 2008 à 1:59
Mouais mais moi je dis non en fait. Parce que je suis bourée sans raison et que j'en ai marre en fait. Parce qu'on cherche pas à vous convertir, au contraire, on a abandonné, cause perdue. j'ai jamais tenté de m'expliquer avec une fourmi parce que je savais qu'elle allait pas me comprendre alors je vais pas tenter avec le carnivore. Donc je dis non. non comme un français de base. NON! Laissez nous tranquiiiiiiiiiiiiillle!! Chacun est convaincu de son opinion et c'est comme ça, au secours. Chacun met dans son corps ce qu'il veut. J'irai pas t'insulter si t'as envie de t'enfiler un cactus dans le cul, alors laisse moi refuser la chair animale. Mouaaaaiiiiinnnn.
Je sens que je vais regretter ce commentaire.
Par atom-of-the-end le Samedi 22 novembre 2008 à 13:11
Mais je vous concède tout a fait ce droit à refuser la viande, je dis juste qu'il est plus humain de s'en prendre à des animaux qu'a d'innocents légumes et autres organismes vivants qui, eux aussi, ont le droit au respect. Je suis carnivore et ségrégationniste dans mes choix alimentaires, je le sais, le végétarien lui ne semble pas encore avoir assimilé cette barbarie dont il fait preuve.
Quant au passage prétendant que vous n'essayez pas de nous convertir, c'est faire preuve d'une plus mauvaise foi que celle qu'on peut déceler chez moi. Ce n'est peut être pas ton cas (en fait si, la simple présence de ton avant dernier article sur ton blog en est une preuve) mais le végétarisme étant un mode d'alimentation "différent", il ne trouve de sens que dans sa propagation. Non pas qu'il s'agisse d'une mode, une mode, c'est passager, et je ne prétends pas qu'il s'agit d'une mode. Mais un mode de vie, une "idéologie", une conviction (classe le végétarisme où tu veux) ne trouve aucun sens si une seule personne prend conscience du bien fondé de son action et la garde jalousement pour soi. La portée du végétarisme est absolument nulle s'il ne tente pas de se répandre, et bien que nous ne soyons que des fourmis avec lesquels vous ne cherchez pas le dialogue sous prétexte qu'on ne pourrait pas comprendre (ce qui constitue une forme d'insulte à notre intelligence, donc tu te contredis toi même finalement), quoi qu'on en dise, vous tentez de donner en exemple votre prise de conscience comme une juste cause à laquelle vous ne pouvez rallier que ceux qui n'ont pas découvert le végétarisme, donc nous, les carnivores. L'autre solution consiste à faire des mioches et les élever selon vos convictions. Ce qui fut mon cas, on ne m'avait pas demander mon avis, et je n'ai découvert la viande qu'à l'âge de six ans. Voilà, le calvaire que m'a imposé le végétarisme : L'interdit. L'ignorance d'un autre choix.
La seule différence avec mon "carnivorisme", c'est que je n'ai pas à le propager puisque c'est déjà le mode d'alimentation "dominant"(et encore, je trouve que beaucoup d'entre les nôtres se laissent aller à la facilité en mangeant des légumes en accompagnement avec leur viande)
Finalement, le végétarien est un être plein de contradiction.
Par un.air.de.finlande le Samedi 22 novembre 2008 à 17:21
Bon, je viens de lire mon commentaire et vu que je suis sobre, j'admets que je pète un plomb :D
Mais faut comprendre, on arrete pas de nous taper dessus, y'a un moment où ça devient chiant. Ca fait quinze ans qu'on m'ennuie avec ça donc je suis fatiguée de me justifier. Parce que c'est ce qu'on nous demande. C'est peut être légitime mais en vrai le choix de pas manger de viande a pas plus besoin d'être légitimer que le choix d'en manger. Donc désolée pour les fourmis (alors ça je sais pas d'où c'est sorti) mais y'a toujours un moment où t'as envie d'exploser. A cause de tout ça maintenant qu'on me demande "pourquoi?", je réponds parce que, sans aller plus loin parce que c'est un débat sans fin et que limite des fois j'ai pas de raison. Ca m'est tombé dessus comme ça, j'étais tiote et je mangeais plus de viande parce que je l'avais décidé sans trop savoir pourquoi.
L'article sur mon blog c'est ma manière à moi de dire : arretons de se taper sur la tronche et chacun a ses arguments, voilà les miens (vite fait je l'admets parce qu'au bout d'un moment comme je te l'ai déjà dit, on abandonne. J'ai absolument rien contre les carnivores, c'est juste que je respecte leurs choix et j'attends qu'on en fasse de même. C'est l'anti végétarisme qui m'ennuie. Et surtout, je sais qu'on peut pas "forcer" quelqu'un ou le persuader des biens fondés de nos idées ou autres. J'avoue, moi à la base c'est juste que ça me dégoute et que je comprends pas, donc je peux pas manger de viande c'est psychologique, je me force pas à ne pas le faire. J'ai pas forcément envie de le propager, je suis persuadée c'est vrai que ça risque juste d'être inévitable d'ici peu donc faut mieux le choisir maintenant que le subir plus tard. Mais après chacun fait ce qu'il veut. Moi je suis contente de pas en manger, les autres sont contents d'en manger et c'est le principal. Je suis pas activiste, plutôt pacifiste (donc oui, je sers à rien :D). Mais en vrai, je vois pas en quoi il n'aurai de sens que si on le propage. Il a du sens pour moi et c'est bien suffisant. Je suis pas végétarienne pour les autres, j'y suis pour moi, parce que c'est moi et que je veux être en accord avec ce que je suis. Les autres...ben voilà quoi. C'est vrai que j'aimerai pouvoir me faire comprendre, que ça soulève des question chez les carnivores, que ça fasse avancer certaines choses...mais j'ai bien vu qu'on se heurtait la plupart du temps contre un mur donc...
Serrons nous la main et sourions (mouahah, ou comment faire ressortir le cliché hyppie végé).
Je discute de mon végétarisme qu'avec les gens que je sentirai ouvert par mes propos et qui ne me jugeront pas juste à travers mon mode d'alimentation (comme je ne juge pas les carnivores, sinon je serais bien seule).
Niveau éducation, il est clair que je ne forcerai jamais mes gosses à pas manger de viande. Le carnivorisme reste la "normalité" et je veux qu'ils aient le choix, comme moi je l'ai eu. C'est comme la religion, les gosses choisiront celle qui leur convient, je leur demanderai en aucun cas de méditer avec moi ou de prier je ne sais quelle statue. Tout est question de choix. Pour mon cas, le végétarisme est ma manière de vivre depuis tellement longtemps que je ne concois pas de la changer. Alors me mettant à la place d'un carnivore qui vit comme ça depuis toujours, je vois pas pourquoi j'essaierai de lui faire changer d'avis. Je veux juste qu'on ne me considère pas comme une illuminée activiste qui prêche la bonne parole auprès des "si mechants carnivores".
C'est toujours comme ça, quand on a un comportement, on attends juste la même chose de l'autre côté. J'accepte et ne critiquent pas les carnivores (sauf quand ils sont anti végé bien sur :)), j'aimerais que ça soit pareil pour eux.
Débat houleux. Mais bizarrement, tous les végétariens ne sont pas pareils. Pire encore, la plupart du temps ils me tapent sur le système et c'est là où je te comprends, comme je prèfere parler aux personnes qui ont des idées politiques opposées aux miennes parce que les autres je prefere les éviter. Je généralise souvent en disant "les végétariens, on veut pas vous convertir etc...", mais je parle de moi en fait (égoiste en plus de ça), parce que je sais que beaucoup de végétariens sont vraiment cons et extremistes.
Finalement, on a beau etre végétarien, on a pas tous les mêmes envies, buts et/ou la même manière de les atteindre.
Par un.air.de.finlande le Samedi 22 novembre 2008 à 17:22
Ouhla, euh désolée pour la longueur du commentaire, je me rendais pas compte.
Par el-sombrero-negro le Jeudi 27 novembre 2008 à 17:37
Aaaaaaaah les végétariens ! Ou "La psychorigidité inutile selon Marie-Antoinette de la Craquinette"...

Mélange entre l'écolo-terroriste, le snob et Narcisse. (Vous savez, le con qui s'est noyé en admirant son reflet dans une rivière.)

Pour appuyer mon argumentation, je cite la Bible - L'Evangile selon Marie-Antoinette de la Craquinette, verset 32, paragraphe 1 :
"Jésus, après avoir transformé l'eau en vin et s'être vidé un tonneau de celui-ci, dit à ses apôtres : Bouffez ma carotte, et pensez même pas me faire mangez vos parties de lapin nomdidiou ! Ce qu'ils firent."
Ainsi, le végétarianazisme aurait été, à l'origine, un texte mal compris de la Bible. En effet, si la technologie avancé des hébreux de l'époque leur permettait de bien manier naturellement la métaphore, il n'en était pas de même pour les cons de religieux chrétien romain (Déjà, vénéré un mec qu'on a soit-même tué, faut le faire !) lors du concile de Guantanamo, en 1893 avant Chuck Norris. En effet, ceux-ci prirent le message au pied de la lettre, généralisant la carotte à tout les végétaux, et le lapin à tout les animaux.

P.S: Hitler était végétarien, Gandhi non. (Enfin sauf pour le boeuf, qu'en Inde on a pas le droit de bouffer, mais si lui veut nous bouffer, il en a le droit.)
Par atom-of-the-end le Jeudi 27 novembre 2008 à 18:19
P.S: Hitler était végétarien

En fait, dans un article du new york times datant de 1937, on découvre qu'Hitler, bien que suivant un régime alimentaire assez léger (conserver la ligne et tuer des gens, le leitmotiv des grands dictateurs), n'était nullement végétarien, puisqu'il mangeait des œufs et du jambon.
Le mythe tombe, Hitler n'était en aucune façon végétarien, ce qui en fait, finalement, quelqu'un de respectable.

... hum.
Par el-sombrero-negro le Jeudi 27 novembre 2008 à 20:08
Phoque, on m'aurait menti ?

Et voilà, une rumeur comme ça, et une réputation, un empire tombe !
Par mal-de-taire le Lundi 29 décembre 2008 à 2:52
Et oui, nous la race des vegetariens, sommes des personnes très sadiques. Tu ne peux pas connaitre le plaisir de tuer tant que tu n'as pas essayé. Ma première expérience était avec une carotte, d'abord lui faire une bonne douche glacé, puis la frotter, ensuite la couper en lamelle très rapidement( à la limite de l'orgasme). Le paroxysme du sadisme est lorsque tu prends l'ultime instrument: la rape!
Par mik3ul le Vendredi 8 octobre 2010 à 11:31
trop fort, ca me fait penser à une copine végétarienne qui bouffait du poisson, la blague. Comme si nos pauvres petits (et goutus) amis à écailles n'avaient pas une conscience,des enfants, ou même pourquoi pas ... un rôle sous l'eau ...

Bientot ces enfoirés de hippies vont vouloir qu'on bouffe des insectes à la place de la viande à cause du rejet de CO² de NOS élevage...
ben quoi ?! Leur agriculture rejette beaucoups trop d'oxygène, faut bien qu'on compense!!! Et 20% des émissions de dioxyde de carbone par le bétail, j'trouve que c'est pas assez !!!

^^'
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://atom-of-the-end.cowblog.fr/trackback/2705637

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast