Vendredi 27 mars 2009 à 0:11




Les lecteurs de ce blog, éclairés par mes écrits, ma ténacité et mon courage, auront vite compris que surgissent de toute part nos ennemis. Loin de le voir comme une fatalité, j'ai décidé de voir l'ennemi, ou "l'obstacle", comme une chance de progrès pour celui qui cherche à s'élever - l'obstacle n'ayant pas grand intérêt lorsqu'on tente de s'enterrer telle une autruche pour ne pas voir sa propre misère intellectuelle. Grâce à moi, nombreux sont les ennemis que vous êtes capables d'identifier. Cela dit, quand on prend un malin plaisir à détester tout le monde, usant des prétextes les plus absurdes comme des clichés les plus durs et les plus répandus pour justifier une telle haine - mais toujours dans la bonne humeur -, des ennemis, il en reste toujours. Avec un peu de bonne volonté, on peut haïr n'importe qui. Les aficionados de ce blog se souviennent des traités de sociologie de l'absurde, qui avaient emboîté le pas à Dictature Scripturale, où j’éructais déjà ma haine de l’autre. Aussi ce pamphlet du jour aura certainement un petit goût de déjà vu, car j’avais déjà fait un sort au Rasta et tout ce qui touche ces cultures chevelus, gardiennes mollassonnes du culte de l’inutilité complaisante et bon marché pour dépravés oisifs.
Pourtant, nous avons bien souvent murmuré son nom en commentaire, usé de son image dégradante pour qualifier un pacifisme surfait pour tarlouzes décérébrées ou une tolérance contradictoire chez mes plus mous mais néanmoins farouches opposants. Nous avons beaucoup parlé des hippies, au point d’en faire l’équivalent de ce qu’est un croque-mitaine ou d’un Mickael Jackson pour un enfant, ou plus généralement, de ce qu’est l’ennemi pour un peuple à la dérive : Un individu/ennemi désigné aux attitudes surexagérées, au physique à la limite de la caricature, un individu qui gangrène l’humanité, et dont les machinations machiavéliques doivent en premier lieu inspirer la crainte, avant de devenir l’élément fédérateur qui sauvera notre peuple de l’asservissement idéologique, voir pire, de l’anéantissement. Viennent donc s’ajouter les hippies à la longue liste de mes ennemis, comprenant déjà les canadiens, les vieux, les pauvres, les guntéïformes, les paysans, les Kevins et autres adolescents suintant l’acné, les mendiants-moignons, les tolérants,  les tibétains, les végétariens, les écolos etc…
Car le hippie, c’est le mal incarné. C’est l’inaction immobile et moralisatrice - paradoxal, non ?- qui pose l’inutile irréfléchi en modèle de maturité et conscience intelligible.

http://groumf.info/imageblog/hippie.jpg(Affiche de propagande anti-hippie, Allemagne, 1930.)

Premièrement, le hippie est généralement atteint de plusieurs tares qui devraient, si le monde dépendait de moi, lui interdire l‘accès à la reproduction : il est écolo ET bien souvent végétarien, et chacun connait la haine farouche que déclenche chez moi ces personnes. Pour ne rien arranger, c’est une lopette pacifiste. Deuxièmement, le hippie est prosélytiste dans l’âme. Il déverse d’innombrables calomnies dans le but d’égarer les esprits faibles, faisant tomber les plus réticents avec drogues et substances qui anéantissent toute faculté de jugement chez son interlocuteur. Ce masque gerbant de pacifisme tolérant n’est qu’une façade pour dissimuler la vérité de l’immense complot qui se trame chez les hippies : La fin de la civilisation et de toute vie comme on la connaît.
Mais comment un individu si insignifiant pourrait influencer notre planète me direz vous ? C’est très simple.
Tout d’abord, par son anti-consumérisme implacable. Le hippie prévoyait, il y’a quarante ans, une crise majeure de l’économie mondiale, et qu’a-t-il fait pour relancer la machine ? A l’instar de tout pauvre qui se respecte, il n’a fait strictement RIEN. Le hippie ne fait jamais rien. Et c’est de la force de son immobilisme qu’il tire toute sa puissance. Car en persistant à ne rien faire, il a, en plus, aggravé la crise économique. Bien sûr, son attitude anti-système ne va pas jusqu’à refuser les aides sociales qui lui permettent d'habiter à l’arrache dans des yourtes plantées en plein champs, qu’il occupe illégalement, se nourrissant pour seulement cinquante euros de légumes par mois, afin de vivre et de donner des leçons qui font de nous des cons supportant le fardeau d’un boulot asservissant que nous détestons, passant à côté des vrais valeurs de la vie. Connards de Hippies. En ne faisant rien pour devenir réellement un marginal, une fois encore, il gagne la partie.
Ensuite, le hippie bien que pacifiste et protecteur des forêts, contribue activement - par son oisiveté - à la déforestation du poumon vert de la planète ainsi qu’au terrorisme international. Car ne rien foutre, pourquoi pas, mais c’est évidemment plus appréciable - et plus supportable - lorsque l’on est totalement défoncé, comme seule une sale sous-merde de hippie peut l’être. Car la drogue, on le sait, finance des groupes armés partout dans le monde qui assoient leur domination sur les régions les plus abandonnées du monde, ou d’innocents civils subissent la lois de barbares obsédés par le pouvoir et l’argent. Si le hippie est pacifiste, par procuration, c’est en réalité l’être le plus malveillant et violent qui soit, et ses mains maculées d’un sang invisible décrédibilise totalement leurs discours de tarlouzes. Sans compter que ce protecteur des espace vert, en appuyant financièrement, avec notre argent, le renforcement des cartels de la drogue, contribue à la déforestation entreprise par les marchants de mort qui pour cultiver plus, gagnent du terrain sur les forêts. Il va s’en dire que tout l’écosystème s’en trouve bouleversé, et du coup, les animaux si chers aux cœurs de ces chevelus crasseux, crèvent comme des merdes. Après personnellement je m’en tamponne de l’écologie, des animaux, et de l’avenir de la planète, c’est juste pour vous faire prendre conscience de la fourberie de ceux qui nous expliquent, dès qu’on leur en donne l’occasion - parce qu’en ce moment c’est tendance les émissions sur les inadaptés sociaux - comment vivre mieux et en complète harmonie avec le monde, en suivant leurs conseils de dégénérés.
Ajoutons que pour consommer sa drogue, le hippie use généralement de feuille pour rouler sa merde. Bien sûr, ils vous répondront utiliser des feuilles de chanvre, ou encore une pipe à eau et ainsi de suite, mais c’est finalement leur seul geste écolo… Si on excepte qu’il contribue au réchauffement climatique en fumant.

C’est un fait, l’oisif chevelu, reconnaissable à son dos bossu, son regard perfide, à ses doigts et son long nez crochus, cherche par tout les moyens à précipiter ce monde dans le chaos, alors qu’il prétend avoir d’excellentes idées et un mode de vie irréprochable pour sauver notre espèce. Haha ! Démasqués, enfoirés de hippies !
Et puis de toute façon, en plus d’être l’instigateur des forces communistes, le hippie en tant que personne, c’est un déchet et puis c’est tout. Le hippie est sale, marche pieds nus pour cultiver les champignons sous ses ongles qu’il espère hallucinogènes, il est mou, tient des propos incohérents, ne bouge pas, joue de la musique de merde sur une guitare mal accordée, accompagné généralement par les même loques que lui, chantant flasquement des chants propagandistes ou tapant sur de petits tam-tam à la con, autour d’un feu de camp. Saloperies de hippies ! Je vous hais ! Je vous hais !
Par Plaiethore le Mardi 31 mars 2009 à 2:19
Je vais être un poil de pubis à côté du sujet de cet article... juste un poil comme j'en ai l'habitude et profiter pour pousser un petit coup de gueule Cher et Fol Ami... :)

Je visite régulièrement des sites engagés sur la voie du végétarisme, de l'écologie, de la défense des animaux et de la réflexion sur une meilleure exploitation des ressources de notre pauvre terre, qui cette dernière, nous le savons, ne possède plus les mamelles nécessaires et suffisantes à nourrir tous ses petits d'homme qui crèvent la bouche ouverte et/ou s'entretuent en priant le seigneur de les épargner.

Oui, je visite des sites tenus par des végéteux (il est joli ce mot non ?). Certains sont très mauvais, oui, prosélytes, agressifs et carencés en précision sur leur choix de vie ; d'autres sont très bons, parfaitement argumentés, emplis d'humour, de sage recul face à l'insulte, de convictions et d'idées souhaitées à mettre en branle.
Ces derniers exposent, expliquent, proposent, tentent de faire passer le message, le leur, comme beaucoup d'entre-nous tentons de le faire pour quelque sujet que ce soit.

Et que vois-je très très très souvent ?

Je vois des hardes d'anti-végétariens qui déboulent provocateurs tels des sacs emplis de bonne grosse merde bien molle sur les écrits ou images parfaitement sensés de ceux qu'ils proclament abrutis, ignorants, prosélytes, esclaves d'une mode, intolérants, sectaires, j'en passe et des meilleures.
Ces barbares du raisonnement n'ont alors de cesse de donner des leçons sur le pourquoi il est bon de manger de la viande, le pourquoi il est humain de se nourrir comme le faisaient nos plus lointains ancêtres, le pourquoi ils sont libres de manger ce dont ils ont envie, etcetera, etcetera... gnagnagna et gnagnagna...

Mais que font-ils ces houligans amateurs de "bonne" chair ?

Exactement ce dont ils accusent les végétariens.
Ils prosélytent, ils imposent, ils vocifèrent, ils se cabrent, et par dessus tout... tadam... ils se justifient. Ils ne font que ça, se justifier, justifier un choix de se nourrir à des personnes dont ils n'ont soit-disant rien à cirer.

Justification est égale pour moi à la façon la plus conne de tenter de cacher une culpabilité refoulée.

Les vieux persiffleurs ondulants et les jeunes Attila de basse-cour m'emmerdent par leur bassesse d'esprit.

le serpent ne voit pas plus loin que le bout de sa langue puante et fourchue et Attila n'écrase sous les sabots de son cheval absent que la boue qui lui englue les synapses.

Ils m'emmerdent et je leur chie dessus. Voilà, ça c'est dit :)

Pour en revenir à ton texte, je tiens à préciser (pas à toi mon cher Atom hein) que j'ai parfaitement entendu les sons de cloche du soixantième degré transcrit, bien que je le trouve ici bien plus dissimulé qu'à l'accoutumée.
Mais tenter toujours de trouver les cachettes de ton humour si personnel est un honneur pour moi.
Et l'accoutumée accoutumance n'est pas une belle chose. Non.

Je finirai en parlant brièvement de cette vile à la yourte.
Les purs et durs de l'écologie doivent rougir d'elle à mon avis.
Ceux qui ont pris décision de se libérer du Systèmeuh et qui sont sincères et fidèles à leurs convictions, certes extrêmes (pour nous sobres payeurs d'impôts), mais qui n'emmerdent personne, ne touchent probablement pas le RMI et vont plutôt tâter la fabrication artisanale pour subvenir à leurs besoins et ainsi n'ont sûrement pas besoin de s'aider de la censure pour affirmer leur choix de vie.

Cette fourbe yourtière mérite bien, elle, et en réalité, le titre de saleté chevelue... ou de merde hippie :D

Bonne nuit les petits !
Bonne nuit Cher et Fol Ami !
Par ankou le Mardi 31 mars 2009 à 22:46
Mais LOL :D
Ma copine est hippie, écolo ET végétarienne, du coup tes articles me font bien marrer ^^
Par leblogdeMonsieurDupont le Mercredi 1er avril 2009 à 16:10
Salut. Tu as laissé un commentaire de deux mots sur mon blog : "Les races?". Je suppose (peut-être me trompe-je) que tu veux dire que tu ne comprends pas ou n'admets pas le principe de races pour ce qui est de l'Homme avec un grand "H" (l'espèce humaine donc). Je te répondrai donc que si, il existe des races chez l'humain, comme chez la plupart des espèces animales. Exemple : le tigre. Il y en a de Sibérie, du Bengale, ou le classique des savanes africaines. Même espèce animale, le tigre, mais trois races différentes. Elles peuvent s'accoupler ensemble et faire une descendance fertile, ce qui est la définition de l'espèce... Il n'en demeure pas moins que ce sont trois races différentes de la même espèce. De la même façon il ya plusieurs races d'humains : caucasien/européen/blanc , noirs, jaunes, rouges. On peut s'accoupler ensemble et se métisser, il n'en demeure pas moins que nier biologiquement le principe des races différentes, c'est porter des oeillères. Je ne prétend à aucune supèriorité de l'un sur l'autre, je dis juste ce qui est. C'est le principe de l'Evolution. Donc à moins que tu sois créationniste, je ne comprends pas ce qui t'embête dans le mot "race", dès lors qu'on parle d'humains. Serais-tu de ces gens qui n'osent pas dire à un noir qu'il est con sous prétexte qu'il est noir, et que tu aurais peur de te faire taxer de raciste ? Perso j'ai un adage : "c'est pas parce qu'un vieux con est vieux qu'il en est moins con". 'fin bref voilà, ras le cul du politiquement correct, la notion de race et une notion qui existe, irréfutable, scientifique et elle s'applique à TOUS les animaux, primates inclus (donc nous inclus).

Si c'était pas du tout ton propos, dslé de m'être enflammé, juste ras le cul du politiquement correct.

Have a nice day.
Par atom-of-the-end le Mercredi 1er avril 2009 à 16:13
@ Monsieurdupont : En règle générale, on répond à ses commentateurs sur son propre blog et sur son propre article...
Par atom-of-the-end le Mercredi 1er avril 2009 à 16:42
et du coup je suis obligé de poster ma réponse ici :

Pour répondre à ton pâté laissé sur mon article (et accessoirement, tu pouvais répondre chez toi, ici même, plutôt que taper un hors sujet chez moi sur un article qui n'a rien à voir avec notre discussion)
Cela dit tu as vu juste quant à mon commentaire, et je ne répondrai pas à ta pseudo-interprétation scientifique qui ne s'appuie en rien sur quoi que ce soit de tangible, puisque la science explique clairement qu'il n'existe pas "plusieurs races" chez l'humain, mais que nous appartenons bien tous à la même race en dépit de nos différence. Génétiquement, rien ne nous sépare du Juif, de l'africain, de l'asiatique (Seul le hippie échappe à la règle). Et faudrait pas oublier que l'humain est un cas relativement éloigné du règne animal de par son évolution, donc s'il te plaît, ne nous compare pas à de gros matous pour étayer un argumentaire qui n'a rien de solide et qui s'appuie sur du vent.
Après je ne prétend pas que tu dis qu'une est supérieure à l'autre, inutile de t'enflammer, mais si moi je porte des œillères (je ne vois pas en quoi ne pas penser comme il y'a cent ans et ne pas se tenir informé se résume à porter des œillères) toi tu es un béotien de premier ordre, et c'est encore pire.Sache, mon jeune ami, que la génétique moderne a montré l’existence, au sein de l’humanité, de 7 groupes d’ascendance, mais sans différences biologiques nettes, ce qui ne permet pas de classer l'humain en différente race, comme tu le prétends (Caucasien/asiatique/noir etc...), et qu'une tentative de transposition du système animale au système humain est totalement vide de sens puisque nous n'obéissons pas aux mêmes règles.

Donc avant de te faire l'apôtre ignorant d'idées saugrenues qui te font clairement passer pour un con, je te conseille de te renseigner et d'éviter de te donner des grands airs et refaire la biologie à ta façon en affichant aussi clairement une profonde ignorance.
Par Plaiethore le Mercredi 1er avril 2009 à 19:17
Et dire que Monsieur Ducon... heuh... Dupont s'est édité un bouquin !
Saigneur ! Le monde va mal...
Par drgabrilus le Mardi 6 décembre 2011 à 14:44
Je vais finir par être interdite de commentaire... Et dire que j'ai à peine remonté peu avant le 4ème anniversaire du blog.

J'ai particulièrement adoré la description, la description ainsi que la mise en parallèle justement de l'inaction. Le bla bla moralisateur, accusateur même mais -comme dirait un humoriste que j'apprécie- "légèrement couille molle".
Je me suis sentie obligée de réagir pour avoir eu à supporter ce type de populace pendant huit années avec mon ex-époux. Je remarque combien ton blog m'a manqué pendant mes années de mariage à vrai dire.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://atom-of-the-end.cowblog.fr/trackback/2816599

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast